Pour que l’Abondance soit naturelle

Si vous pensez que la vie est faite de pénurie, vous vivrez constamment dans la peur. La plupart des personnes considèrent que le travail, leur maison, leur compte en banque et tous leurs biens matériels sont des protections contre la pénurie, pourtant la menace réelle c’est le vide intérieur. Le corps humain est un exemple évident de l’abondance prodiguée par la nature, avec ses centaines de milliards de cellules et la circulation continuelle du sang alimentant tous les organes. Sur le même modèle, l’âme est un réservoir d’énergie, de créativité et d’intelligences infinies, qui ne s’épuisent pas. Par contre cela ne signifie pas grand-chose si vous pensez que la vie est pénurie.

Si c’est votre croyance, la lutte sera extrêmement difficile ne serait-ce que pour survivre.

C’est le cas, de façon assez ironique, chez les gens très riches, leurs biens les satisfont extérieurement alors qu’ils se sentent vide à l’intérieur. Donc ils veulent plus encore de ce qui ne leur a pas suffi au début.

En fait, il y a un abîme entre ce qu’apporte l’âme et ce que nous recevons.

Je vous propose l’exercice suivant (pour tout individu qui se sent « pauvre intérieurement ») :

Prenez une feuille de papier et écrivez le mot ABONDANCE, puis dessinez un cercle autour. Ensuite écrivez 5 mots autour du cercle, chacun représentant un domaine qui développerait l’abondance dans votre vie.

  • SVP ne pas mentionner de biens matériels tels que l’argent, les maisons, etc. La carrière, le travail et le succès sont de bon substituts parce qu’ils ont un sens plus profond.

Par exemple, vous avez écrit :

–          La Paix

–          La Gaïeté

–          La Compassion

–          Le Bien-être

–          La Famille

Maintenant, choisissez 3 choses que vous pouvez faire pour rendre ces domaines encore plus épanouissants.

Suite de l’exemple :

La Gaïeté : Passer plus de temps à l’extérieur, jouer avec mes enfants, réapprendre à rire et à m’amuser.

La Compassion : Donner une aumône au SDF sur le trottoir, aider mon collègue déprimé, travailler bénévolement à la SPA.

La Famille : Dire plus souvent à mon partenaire que je l’aime, discuter avec chacun pendant le dîner, faire attention aux signes de déprime et de tristesse.

 

Il ne suffit pas d’en vouloir plus dans la vie de manière générale, il faut spécifier le désir qui ne doit être ni bouleversant ni hors de portée, au contraire il doit se concrétiser par une pression douce vers le changement.

136580646294

Author: ambre.franrenet@gmail.com

Share This Post On